Perfect Shift : un jeu de course où vous ne conduisez pas!

Pas de volant dans un jeu de course ?

Perfect Shift vous propose en effet de participer à des courses automobiles aux commandes de voitures survitaminées. Or, vous n’avez pas le contrôle sur l’ensemble de la voiture, mais sur certaines commandes : la pédale d’accélérateur lors du départ et les deux manettes au volant pour le passage des vitesses (vous savez, comme sur Formule 1 ou GT). Le volant ? Vous ne le verrez jamais. Et quand bien même, la course est en ligne droite (un peu à l’image des affrontements de dragsters), donc changer de direction n’a aucun sens.

Ce jeu de course n’est donc pas un jeu de pilotage, mais un jeu de réflexe, comme un Temple Run, mais en plus beau. Vous commencez l’affrontement en appuyant sur l’accélérateur au bon moment (et pas trop fort pour éviter de patiner). Puis apparaissent le compte tours et les commandes aux volants de la boîte de vitesse. Selon le déroulé de la course, vous devez changer de rapport au moment le plus efficace : c’est le « perfect shift ». Plus vous êtes proche de la perfection, plus vous gagnez d’argent et plus vous aurez d’avance sur votre adversaire. Si vous passez la ligne d’arrivée, vous gagnez encore quelques dollars. Un peu frustrant d’ailleurs : avec un tel moteur, le gamer qui sommeille en nous préfère prendre le volant que le levier de vitesse...

Une histoire de tuning

La partie du jeu consacrée aux courses est paradoxalement la moins intéressante. Elle est certes addictive au début, notamment parce qu’elle est graphiquement très impressionnante (notamment les sensations de vitesse alors que vous ne contrôlez pas grand-chose au final, les décors et la voiture) et grâce à un choix plutôt varié de type de course (classiques, progressives, contre la montre, défi un contre un, tournoi, etc.). C’est la customisation des voitures (25 modèles actuellement) qui est peut-être le plus fun. Acheter une superbe voiture. Changer les éléments de sa motorisation, de sa carrosserie et de ses pneumatiques. Personnaliser son apparence (couleurs, motifs, jantes, etc.).

Évidemment, qui dit customisation et amélioration, dit aussi... achats intégrés. Le jeu se finance évidemment par une boutique premium dans laquelle vous ouvrez le vrai porte-monnaie pour acquérir des diamants virtuels (que vous pouvez obtenir aussi en regardant des vidéos publicitaires). Le prix des IAP varie de 0,55 euro à 40 euros, selon l’OS sur lequel vous êtes. Évidemment, rien ne vous y oblige. Le jeu est gratuit au téléchargement et à l’usage, comme tous les jeux freemium. Quelques détails pratiques pour finir : le jeu pèse 250 Mo environ, il est compatible Android Froyo et iOS 7.0. Et il est recommandé pour tous les âges à partir de 4 ans.

Nous comprenons évidemment que le jeu ait eu du succès sur Windows Phone compte tenu de la ludothèque limitée de l’OS mobile de Microsoft. Sur iOS et Android, la concurrence est déjà plus musclée. Nous ne sommes pas sûr qu'un beau moteur 3D et une ambiance marquée plaisent aux amateurs de sports mécaniques. Les fans de Fast & Furious devraient apprécier.

author: Samir Azzemou | source